Nous avons commencé à randonner aux Canaries il y a une douzaine d’années et nous avons été immédiatement séduits, puis conquis, par l’extraordinaire beauté des paysages naturels de ces îles. Plusieurs séjours – toujours effectués entre Octobre et Mai – nous ont permis de mieux connaitre l’archipel et nous ont définitivement convaincus de son intérêt pour randonner à ces périodes.P1110764

Dans notre « découverte » des différentes îles, il nous faut bien admettre que nous avons tardé à nous intéresser à La Grande Canarie, peu motivés que nous étions par les images promotionnelles associées à cette île : all-inclusive low cost, énormes complexes hôteliers, côtes archi-bétonnées, drag queens et fêtes nocturnes…

ISAFinalement, peut-être parce que nous avions fait le choix de nous installer dans l’arrière-pays, nous avons découvert une terre attachante, aux antipodes de ces clichés promotionnels. Très vite et contrairement à l’image que nous en avions, La Grande Canarie nous est apparue particulièrement intéressante en matière de randonnée ; notamment en raison de sa (relative) grande taille et de son large éventail de paysages.

Le hasard des rencontres, autochtones et/ou expatriés, a fait le reste : les séjours de courte durée se sont transformés en séjours plus longs, plus rapprochés, au point d’envisager de nous fixer plus durablement à La Grande Canarie. Pas sur la côte, évidemment, mais dans l’arrière-pays, dans ce village « à l’ancienne » où dès notre premier séjour nous avons été accueillis avec bienveillance, et où il fait bon vivre.

RR_ELNParmi ces rencontres, il y a bien sûr Roger et Eileen, deux expatriés britanniques, guides locaux et auteurs de deux livres de randonnée qui nous ont associés à leur travail, notamment lorsque Roger a accepté la proposition de David Brawn, des éditions DWG, de produire une carte de La Grande Canarie. Au moment où nos vies retrouvaient de la liberté (ça s’appelle la retraite 🙂 ), nous n’avons plus randonné pour notre seul plaisir, mais avec l’envie de partager notre connaissance et notre amour de l’île, que ce soit par le moyen des cartes ou de la rédaction de topoguides. Cartographier, concevoir et mettre en forme des propositions d’itinéraires sont devenus des hobbies complémentaires indissociables de nos « sorties nature ».

Nous avons contribué à la réalisation de la carte DWG de La Grande Canarie et nous sommes associés à ses mises à jour annuelles mais nous sommes aussi contributeurs pour la carte OpenStreetMap, un projet de cartographie collaborative conforme à nos valeurs de partage.PG04-JC

C’est notre version française des ouvrages de Roger qui nous a fait (modestement) connaitre. Mais, les chemins de La Grande Canarie évoluant beaucoup et très vite pour des raisons multiples liées aux éléments naturels et/ou aux activités humaines, l’actualisation régulière de ces ouvrages représente un travail important auquel aujourd’hui nous préférons renoncer pour nous centrer sur de nouvelles productions, plus stimulantes intellectuellement… et socialement : nous travaillons désormais, à la demande de nos amis Canariens, sur le projet de 2 topoguides complémentaires qui pourraient, à terme, être traduits et publiés en Espagnol (Castillan).
Un comble… et une consécration de notre travail. À suivre…

Vous souhaitez nous contacter ?